Germicopa / Recherche / Enjeu environnemental

Enjeu environnemental

 

Réduction des intrants

La R&D propose des variétés aux performances éprouvées, combinant les principales caractéristiques attendues par les utilisateurs finaux à des tolérances aux maladies et aux stress, limitant les risques économiques et les nuisances environnementales en situation de réduction des intrants.

 

Résistance au mildiou et aux nématodes à kystes

Il y a plus de 20 ans que l'équipe R&D comprend une phytopathologiste et s'est fixée pour priorité la création de variétés résistantes au mildiou (Phytophthora infestans) et aux nématodes à kystes (Globoderra rostochiensis et Globodera pallida), respectivement agent pathogène et ravageurs les plus dommageables en matière de traitements phytosanitaires. Pour le mildiou, aucune résistance durable n'ayant pu être identifiée, la R&D participe activement à la mise au point et à la promotion d'outils d'aide à la décision (OAD) intégrant les résistances partielles (tolérance) des variétés afin de limiter les traitements.

 

 

Adaptabilité agronomique

Les observations répétées de certaines caractéristiques (régularité de la forme et homogénéité des calibres, défauts internes, qualités culinaires et technologiques...) et le traitement statistique des résultats concernant le rendement dans le réseau d'essais, régulièrement affectés par des stress hydrique ou thermique, permettent la sélection de variétés d'une large adaptabilité agronomique, aptes à tolérer les réductions ou les irrégularités de l'irrigation.

 

Economie d'énergie

Les critères relatifs à la conservation des tubercules (dormance, teneur en sucres réducteurs,...) contribuent à la limitation des traitements anti-germinatifs et à la réduction des consommations d'énergie des magasins frigorifiques.

 

Réduction des déchets

Les résistances aux gales (Streptomyces ssp), à la nécrose virale (PVYNTN) et à la pourriture bactérienne (Dickeya, Pectobacterium), agents pathogènes qui ne font pas en général l'objet de traitements phytosanitaires, participent cependant à la préservation de l'environnement en limitant la production de déchets non commercialisables et potentiellement contaminants.

 

Notre station de recherche

Modestement, mais se voulant révélateur de l'implication de la R&D, la rénovation de la station en 2010 a permis d'en réduire l'impact environnemental grâce au retrait de l'amiante présente dans les anciens bâtiments, au choix d'une climatisation des bureaux et laboratoires par aérothermes et à l'abandon du chauffage des serres, ce qui a nécessité l'investissement d'une serre additionnelle et une réorganisation du calendrier des opérations.

 

Mentions légales